Acheter moins mais mieux

Aujourd’hui, des concepts tels que le minimalisme ou le « slow fashion » sont adoptés chez les consommateurs, reflet d’une prise de conscience écologique et d’une évolution des mentalités. Beaucoup de consommateurs ont le souhait de se tourner vers une consommation plus juste. La mode éthique a le vent en poupe et c’est une très bonne chose non ? La mode éthique, c’est une mode basée sur le développement durable à l’opposé de la surconsommation et de la fast fashion. Dit de façon simple : la mode éthique c’est des produits plus durables et plus respectueux de l’environnement.

On essaye de manger bio, de privilégier des cosmétiques faits maison, des vêtements d’origine de fibres naturelles, utiliser des produits ménagers écologiques mais on oublie notre armoire bien souvent remplie de fibres et matières nocives. Pour contrer cela, Lemahieu vous propose un guide des matières à privilégier pour une mode éthique 😊

Concilier mode et écologie c’est possible !

La mode éthique c’est :

  • Le recyclage : pour produire tous les produits modes et les accessoires d’une mode éthique on mise sur des matières recyclées ou des produits recyclés (à partir de bouteilles plastiques par exemple) ;
  • Le up-cycling : on fait du neuf avec du vieux, on utilise un ancien objet/vêtements à partir duquel nous allons confectionner autre chose et ça fera un nouveau produit ;
  • Des produits biologiques et naturels : la base : utiliser des matières premières écologiques pour un textile plus responsable, vive la mode naturelle!
  • Produire local : limiter les impacts environnementaux c’est limiter les dégâts liés aux transports des marchandises. Chez lemahieu nous produisons local et nous avons à cœur d’aider les créateurs qui souhaitent relocaliser ;
  • Des matières véganes : Ce sont des matières qui ne contiennent aucune matières animales ;
  • Respect des droits de l’homme : l’humain avant tout, c’est un des objectifs de cette mode en assurant le respect des droits de l’homme ;
  • La donation : des marques décident de reverser une partie de leurs chiffres des ventes à une association.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur la base d’une mode éthique il est temps de savoir quelles sont les fibres textiles à privilégier pour une mode éthique.

Vers une mode éthique, cap vers les fibres naturelles

Se tourner vers une mode éthique c’est repenser son dressing et surtout le remplir de vêtements en fibres naturelles, ces fibres ont trois atouts majeurs : elles sont biodégradables, écologiques et à la fois confortables.

Les matières naturelles sont à la portée de tous et ne sont pas rares, on peut les diviser en deux catégories :

  1. Les fibres végétales : Elles sont issues de la nature et des plantes, on les extrait de certaines graines, de tige, de feuilles ou encore d’écorce ;
  2. Les fibres animales : Elles sont issues des poils d’animaux comme la laine ou des sécrétions comme la soie par exemple.

Les fibres végétales naturelles :

  • Coco : elle provient d’une fibre qui entoure la noix de coco ;
  • Abaca : extraite des feuilles de l’abaca qui est un bananier originaire des Philippines ;
  • Le coton bio : le coton bio est une super alternative au coton traditionnel et sa culture utilise nettement moins d’eau que le coton traditionnel ;
  • Le lin : c’est une fibre végétale qui est connue pour sa solidité, cette fibre naturelle demande peu de pesticide et d’engrais ;
  • Le chanvre : ses fibres sont pures et naturelles, pour la cultiver il ne faut pas beaucoup d’eau ni d’engrais. La plante pousse vite donc la production de chanvre à peu d’impact sur l’environnement ;
  • Le lenpur : on l’appelle également le cachemire végétal, il est issu des branches de pin blanc un arbre de la famille des pinacées. Cette fibre est issue de bois élagués : c’est une technique qui consiste à tailler et à couper certaines branches pour le rendre plus fort plutôt que d’abattre l’arbre : au revoir la déforestation. Cette fibre naturelle est douce et thermorégulatrice ;
  • La fibre d’ortie : elle n’est pas fort connue mais pourtant elle mérite que nous nous y intéressons, comme l’ortie est une plante vivace il ne faut aucun produit chimique. Autrefois elle était utilisée pour créer des cordes car c’est une fibre solide et souple ;
  • La fibre Ingeo : obtenue grâce à la fermentation du mais et du sucre cette fibre est utilisée très souvent dans la conception de vêtements de sport, c’est une fibre biodégradable et résistante ;
  • Le sabra : C’est une matière naturelle un peu moins connue, elle est fabriquée à partir d’aloe vera ;
  • Le  jute : C’est une matière issue de l’écorce de jute elle s’utilise beaucoup pour la conception de rideaux, de tapis ou encore de revêtement.

Les fibres animales naturelles :

  • La laine : Attention, c’est un cas un peu particulier, elle peut être produite très respectueusement de l’environnement et des animaux comme elle peut ne pas l’être : attention à l’angora associé à la maltraitance des lapins. Petit conseil, partez sur une laine naturelle qui est pure et vierge. Il existe différentes laines :
  • La laine de mouton 
  • La laine mérinos
  • La laine d’agneau
  • Le cachemire
  • L’angora

  • L’Alpaga, le lama, le guacan et le vigogne : ces fibres viennent d’animaux mignons qui sont rasés tous les deux ans, leurs poils sont doux, fins et chauds. La laine d’alpaga est plus résistante et légère que celle issue des moutons ;
  • Le poil de chameau : eh oui les chameaux sont les rois du duvet léger, venant tout droit de l’intérieur de leur pelage, leurs poils sont doux et très fins ils sont recueillis lors de leur mue une fois par an ;
  • Le cachemire : Cette fibre provient du poil de la chèvre vivant en Mongolie ou l’Himalaya sous des températures extrêmement froides en altitude c’est pour cela que ces chèvres possèdent une couche de duvet impressionnant pour supporter les températures. Elles muent une fois par an et à ce moment que l’on recueille le duvet. L’utilisation du cachemire permet de créer des vêtements légers et très moelleux !
  • Le mohair : on continue de parler de chèvre mais cette fois c’est la chèvre angora qui est à l’honneur, son poil est long et blanc il permet de créer du Mohair : une matière souvent utilisée pour les couvertures. La chèvre angora peut être rasée deux fois par an ;
  • Le yack : élevé par troupeaux les yacks sont des animaux qui vivent par troupeaux, ils ont pour habitude de descendre les vallées en hiver pour regagner les montagnes en été. Cette espèce possède une chevelure très abondante et surtout magnifique ! Le yack c’est un peu comme le cachemire ou le poil de chameau, doux au toucher et chaud ! C’est une fibre rare.

Attention, les animaux ne sont pas tous heureux dans les élevages il est important de se renseigner sur la provenance de la laine avant votre achat.

Cap sur les alternatives innovantes aux fibres synthétiques

Intéressons-nous aux fibres d’origine naturelle qui encouragent une mode écologique et qui sont prometteuses, eh oui il existe des tissus qui peuvent être extraits de la nature sans pollution et sans consommation abusive de ressources comme :

  • La fibre de lait : retour dans les années 2000 avec une technique remise au goût du jour : l’extrusion : grâce au lait de vache non consommé il est possible de proposer un tissu biodégradable qui nécessite seulement 2 litres d’eau par kilo de matière (contre 10 000 litres pour le coton). Lait + Extrusion = fil tout doux = vêtement d’une douceur extrême ;
  • La fibre d’ananas : un cuir mais végétal, c’est assez novateur non ? Grâce aux feuilles d’ananas on créé une matière naturelle : le pinatex. Elle est résistante et peut être teinté ou imprimé. Vive l’ananaaaaaas ! Aussi bon en goût qu’en matière textile. Feuille d’ananas = cuir végétal = récompense du prix de l’innovation matérielle en 2016 ;
  • La fibre d’Eucalyptus : à partir du bois, on crée une fibre plus connue sous le nom de Tencel, sa fabrication est écologique, provient d’un circuit fermé et le bois est certifié sans usage de solvants et non toxique. Cette dernière est respirante, biodégradable et respectueuse de l’environnement ;
  • La fibre d’Algue : comme son nom l’indique elle est fabriquée à partir d’algue et de cellulose. Une fois séchée, cette fibre est broyée et insérée dans la fibre de cellulose ;
  • La fibre de coco : les cocotiers sont des mines d’or, une fois que le jus de la noix de coco est extrait on garde la coque et on en fait une fibre naturelle et biodégradable ! Légère et déodorante celle-ci a de quoi séduire ;
  • La fibre de lotus : tout droit venue de Birmanie elle est assez luxueuse, elle vient tout droit de la tige des fleurs de lotus. Fleurs de lotus + filage = fibre de lotus ;
  • La fibre de Cyprès Hinoki : il était une fois un conifère en Asie du Sud-est, un bois clair ancré dans la culture japonaise. Cette fibre est issue de résidus d’écorce et est développée en Italie et au Japon ;
  • La fibre d’Apocyne : elle vient d’une plante qu’on trouve en Amérique, elle aime le sols salins et sableux, les Américains l’exploitent beaucoup pour fabriquer des vêtements, elle est douce et soyeuse !
  • La fibre de papier : oui vous avez bien lu « papier » en effet, on utilise du papier qu’on coupe en lamelles et qu’on retord seul ou avec d’autres fibres pour en fait une fibre naturelle respectueuse de l’environnement et biodégradable ;
  • La fibre de ramie : c’est une plante sur laquelle on extrait des fibres quand les fleurs commencent à éclore, on les file : résultat, on en fait une fibre écologique et renouvelable ! Ce qui est génial c’est qu’elle est très résistante ;
  • Toutes les fibres recyclées : elles sont obtenues à partir de vêtements usagés pour leur donner une deuxième vie.

CAP , vous remplacez vos vêtements qui sont composées de produits synthétiques nocifs par des matières naturelles ?

Écrit par

Ecrire un commentaire