La mode régénérative ? Voici un nouveau mot qui entre dans l’industrie textile et qui commence à se faire entendre. Il s’agit d’une nouvelle approche, notamment dans le domaine de la mode, qui vise à enrichir la terre. C’est une notion qui va plus loin que le bio certes, mais attention cependant à ne pas tout mélanger et ne pas l’associer à des pratiques trompeuses voire dérivées. Aujourd’hui, on lève le voile sur ce nouveau terme de plus en plus adopté par les marques engagées.

Pour redéfinir l’agriculture biologique

Lorsque l’on parle d’agriculture biologique, on parle de mode de production ayant recours à des pratiques culturales soucieuses et respectueuses des équilibres naturels. On ne tolère aucun produit chimique, aucun organismes génétiquement modifiés ou autres intrants dans ce type de culture.  L’objectif est de préserver la qualité des sols, de la biodiversité de l’environnement et de réduire l’utilisation des ressources naturelles comme l’eau.

La mention « agriculture biologique » peut être délivrée à des produits agricoles, transformés ou non. Cela peut donc être valable pour l’alimentaire, mais aussi pour le textile. Une réglementation de l’Union européenne encadre cette certification en imposant un cahier des charges précis. Chez Lemahieu, nous garantissons notre matière première, le coton, comme issu de l’agriculture biologique. Notre coton est certifié Oeko-Tex et GOTS.

Et du coup, la mode régénérative, c’est quoi ?

La mode régénérative va au-delà du bio. Elle pousse le processus plus loin en utilisant exclusivement des fibres naturelles biologiques évidemment, mais issues de processus de culture enrichissants. C’est un mouvement qui, depuis 2017, se fraye un chemin sur les bancs de l’industrie textile.

Pour compléter la notion de biologique, la mode régénérative a pour objectif d’être attentif aux processus de culture et que ces derniers soient enrichissants. On peut aussi parler de culture en biodynamie. La terre est ainsi considérée comme un être vivant à part entière : pas d’appauvrissement des sols par la monoculture et le respect des écosystèmes. Restaurer la planète est la motivation de ce type de culture. En effet, suite aux dérives notamment de l’agriculture intensive, on souhaite « réparer » les dégâts causés par l’Homme plutôt que de l’exploiter. Aujourd’hui, on prend alors conscience qu’il est possible de convertir le secteur de la mode en une industrie durable et responsable.

L’organisme Regeneration International encadre ce type de culture. Pour eux, on parle alors de pratiques qui aident à « inverser le changement climatique en reconstituant la matière organique et en restaurant la biodiversité d’un sol dégradé ».

Comment est-elle reconnue ?

Nous pouvons aujourd’hui affirmer que l’agriculture est liée au secteur de la mode. Une grande partie de nos vêtements commence leur vie sous forme de matière première et implique forcément la culture du coton, de la laine ou tout autre matière naturelle. Il existe aujourd’hui une certification : Regenerative Organic Certified, ou ROC créé en 2017 par un groupe d’agriculteurs et de chefs d’entreprise. On appelle couramment ce collectif le Regenerative Organic Alliance.

Cette certification est une norme exigeante : elle a été créée pour soigner la biodiversité et « réparer » la planète endommagée par les productions. Cette certification s’appuie sur trois piliers : des actions sont mises en place concernant la santé du sol, le bien-être animal et aussi, l’équité sociale.

La santé du sol

Ainsi, on contrôle l’absence d’OGM, la rotation des pâturages et des cultures ou encore le respect du travail de conservation du sol. L’enjeu est de traiter la Terre comme être vivant en tant que tel et de respecter son rythme et ses besoins.

Le bien-être animal

Les animaux impliqués dans la culture doivent être traités dans des conditions « dignes ». En effet, la certification contrôle l’absence d’inconfort du bétail, de douleur, blessure et autres types d’inconfort voir de maladies, mais est aussi attentive à l’alimentation des espèces et à leur condition de vie.

L’équité sociale

Enfin, la certification ROC impose la pratique d’actions de justice sociale afin de garantir des conditions décentes de travail. Un salaire de subsistance est requis et l’agriculteur doit être rémunéré justement, le travail forcé est évidemment interdit et enfin, des offres de formations et d’autres actions sont proposées, afin d’améliorer les statuts socio-économiques des cultivateurs.

Les marques s’engagent

Vu dans de nombreux magazines, le groupe Kering (notamment propriétaire des maisons Gucci, Balenciaga ou Saint Laurent) a cofondé le Fonds Régénératif pour la Nature avec Conservation International dans le but de convertir les fermes et pâturages en agriculture régénérative.

Le luxe n’est pas le seul à s’engager. Parmi les alliés du Regenerative Organic Alliance, on retrouve l’entreprise Patagonia qui sensibilise depuis quelques années ses consommateurs aux enjeux environnementaux concernant l’industrie textile. En effet, la marque Timberland s’investi également depuis 2015 et d’ici 2030, transformer leur culture.

Attention au greenwashing

Comme tous nouveaux concepts, la mode régénérative peut être déformée et utilisée dans des cas qui n’en sont pas légitimes. De ce fait, il faut alors être vigilant quant à l’utilisation de ce terme et s’informer, un maximum sur la marque, ses engagements et surtout ses actions mises en place en faveur de l’agriculture régénérative et des critères à respecter. Nous le savons tous, les marques de fast fashion ont tendance à s’approprier des termes et des notions sans le justifier derrière… En mode, les tendances viennent et repartent et parfois, il est important de prendre le problème là où celui-ci est né.

La culture régénérative est une vraie révolution dans l’industrie textile. Elle fait réfléchir quant aux méthodes de production et au respect de ce qui nous entoure. En conclusion, la production propre engage aussi le respect des sols à la première étape de création du produit. C’est un pari pour l’avenir que de favoriser la culture régénérative, en harmonie avec la biodiversité.


PORTEZ DU SENS DANS LE BON SENS

Retrouvez ces pièces sur notre e-boutique directe fabricant. Inscrivez-vous à la newsletter et profitez d’une réduction de 10€. La livraison est toujours offerte dès 50€ et le retrait gratuit depuis nos ateliers de Saint-André-lez-Lille.

Écrit par

Ecrire un commentaire