Le nom de ce syndrome vous effraie ? Vous n’avez jamais entendu parler du syndrome du choc toxique ? Ou alors vous connaissez cette mannequin amputée des deux jambes suite à un syndrome du choc toxique aussi appelé SCT ? Il est temps de faire un point sur ce syndrome du choc toxique qui arrive très rarement mais qui peut être dramatique, en entrainant parfois un décès. Le syndrome du choc toxique est une maladie infectieuse, survenant le plus souvent durant la période de règles des femmes lors de l’utilisation de protections périodiques, comme les tampons par exemple et pouvant engendrer certains symptômes. On vous en dit plus dans cet article.

Qu’est-ce que le syndrome du choc toxique ?

Comme dit plus haut, le syndrome du choc toxique est une infection provoquée par les toxines présentes dans notre corps et tout particulièrement la bactérie S.aureus présente dans le microbiote vaginal des femmes (en clair, il s’agit du vagin). Pour faire plus simple, c’est une forme de staphylocoques dorés, un microbe qui ne nous veut pas que du bien et qui produit une toxine spécifique : la TSST-1 qui serait la cause de ce choc toxique. C’est environ 1% des femmes qui portent ce microbe dans leur vagin. C’est un chiffre peu important mais qui inquiètent les professionnels de santé, compte tenu de l’augmentation de ce syndrome du choc toxique depuis quelques années.

Ce syndrome du choc toxique est très souvent favorisé par la mauvaise utilisation de protections périodiques vaginaux durant les règles. En effet, lorsqu’on utilise des tampons ou une coupe menstruelle, le sang stagne, ce qui favorise alors la formation de bactéries dans le vagin… Ces bactéries pourront ensuite se diffuser dans notre corps et alors atteindre nos organes. Assez flippant non ? C’est un scénario catastrophique mais assez rare, qui se manifeste souvent par des symptômes comme de la fièvre, des céphalées ou même des vomissements : en clair, des douleurs semblables à la grippe ou la gastro.

Si vous ressentez ce genre de symptômes, il est important de retirer la protection et de consulter un professionnel de la santé. Voici une petite liste des symptômes relevés :

  • Une fièvre importante
  • l’apparition de maux de tête
  • Des vomissements
  • Des diarrhées (instant glam)
  • Une éruption cutanée comme un coup de soleil sur la peau
  • Une fatigue extrême proche du malaise

Comment éviter le syndrome du choc toxique ?

On sait que 30 à 40% des femmes, ont en elles, un staphylocoque doré. C’est une bactérie qui permet de nous immuniser et de protéger la santé de la femme, normalement. Mais quand la bactérie S.aureus est présente dans notre organisme, cela peut provoquer le choc toxique.

Il est possible de minimiser les chances (on ne peut pas appeler ça une chance) de souffrir du choc toxique en adoptant des gestes simples quant à l’utilisation des tampons ou tout autre type de protections périodiques. En effet, selon une récente étude menée par des professionnels de la santé du Centre international de recherche en infectiologie de Lyon et du Centre national de référence des staphylocoques, on sait que garder ses tampons plus de six heures, peut multiplier par deux, le risque de souffrir de ce choc. Ce n’est donc en réalité pas la faute de la protection, mais plutôt du manque d’informations et de prévention, entraînant le mésusage des tampons ou d’autres protections.

Il est donc vivement conseillé d’appliquer quelques gestes qui pourraient vous éviter cette situation :

  • Lavez-vous les mains avant et après chaque changement de protection
  • Changez toutes les quatre heures maximums votre protection hygiéniques
  • Ne laissez pas une nuit entière vos tampons ou votre cup
  • N’oubliez pas d’enlever votre protection
  • N’accumulez en aucun cas les tampons ou autre protection
  • Privilégiez le début des règles pour utiliser des protections internes (cup, tampon)
  • Consultez la notice de votre protection avant application

Ces gestes vont permettre d’évacuer simplement les bactéries de notre organisme et donc d’éviter que ces dernières se prolifèrent dans votre corps. Il est indispensable de consulter un professionnel de la santé lorsque vous pensez souffrir de cette infection. Si vous développer ce type de maladie, une hospitalisation peut avoir lieu, un traitement peut être mis en place. Des médicaments et des antibiotiques pourront vous être prescris.

Les alternatives

 Pendant la période menstruelle de la femme, l’hygiène intime doit être impeccable et irréprochable, au risque de souffrir d’infections. En plus des conseils que nous vous avons donné plus haut, il est important d’être vigilante quant à l’utilisation de protection périodique : pas n’importe lesquelles et pas n’importe quand.

On sait que ce syndrome est associé à une mauvaise utilisation des protections. De ce fait, il existe des alternatives safes qui vous permettront de ne pas avoir ce choc toxique. Si vous souhaitez utiliser des serviettes hygiéniques jetables ou des protections internes comme les tampons, nous vous conseillons d’utiliser des produits bio, n’utilisant aucune substance chimique et qui n’auront aucun impact sur votre santé. Si vous utilisez une coupe menstruelle, prenez bien soin de la stériliser entre chaque utilisation, en la trempant à l’eau bouillante.

Sinon, vous pouvez utiliser des culottes menstruelles ou même des serviettes lavables. Ce type de protection ne contient aucune substance chimique, n’est pas interne, et vous garantie une protection toute la journée. Ces sous-vêtements permettent d’absorber le sang de vos règles pendant 12 heures en moyenne. Chez Lemahieu, nous vous proposons des culottes menstruelles en coton bio, une matière respectant votre corps et votre intimité. Les culottes menstruelles sont absorbantes car elles sont constituées de plusieurs couches de tissus imperméables, qui ne laissent pas de sensation d’humidité. Elles ne vous laissent donc pas en contact avec le sang, ce qui évite la prolifération de bactéries. Il n’y a donc pas de risque pour la santé.

Le syndrome du choc toxique peut faire peur. Cependant, si on applique les bons gestes et que l’on utilise des produits respectueux de son microbiote votre santé se portera bien. Soyez à l’écoute de votre corps et respecter votre intimité, ne fera que fuir les mauvaises bactéries.

Écrit par

Ecrire un commentaire