Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus attentifs à la composition de nos vêtements. Les matières utilisées dans nos vêtements se doivent d’être confortables et agréables. Mais pas que. Celles-ci sont parfois très polluantes et même toxiques. On ne s’en rend peut-être pas compte mais certaines matières synthétiques ne sont pas écologiques. Le polyester par exemple, est, à ce jour, la matière première la plus produite dans l’industrie textile. Voyons ensemble l’impact de ces matières conventionnelles sur notre planète.

Les matières synthétiques ou dites conventionnelles

Plusieurs noms sont proposés pour ce type de fibres transformées. On peut les appeler les fibres synthétiques, les fibres artificielles ou simplement les fibres conventionnelles, de par leur généralisation dans l’industrie textile. Il existe tout de même une légère différence entre les fibres artificielles, issues d’une transformation chimique de substances naturelles et les fibres synthétiques, fabriquées à partir de polymères organiques. En clair, on peut les regrouper dans la catégorie des fibres chimiques.

Concernant les fibres synthétiques, on retrouve dans cette catégorie des fibres synthétiques très connues comme le polyester, l’élasthanne, le polyuréthane ou encore le polyamide ou l’acrylique. De doux noms pour des matières tissus douces et agréables… ou pas. A la base, le polyester n’était pas réputé pour son confort mais plutôt pour son prix bas. Bien qu’il s’agît d’un fibre synthétique la plus produite, c’est aussi une des plus polluante. Cet tissu synthétique, est à la base une fibre est issue du pétrole.

La pollution des matières synthétiques

Pour chiffrer tout ça, on estime que chaque année, c’est plus de 70 millions de barils qui sont nécessaires à la production du tissu polyester ou d’ailleurs, de tout autre fibres synthétiques. Enorme non ? Dans le mauvais sens… on estime aussi que dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole. Et oui, c’est une ressource limitée qui plus est, lorsqu’on l’exploite pour le transformer en synthétique, pollue énormément en émettant des tonnes de CO2.

La fibre artificielle : une ressource naturelle, qui pollue ?

Vous avez entendu « substances naturelles » pour les fibres artificielles ? Nous aussi. Comme évoqué, les fibres artificielles sont des fibres fabriquées à partir de matières premières naturelles. On peut retrouver parmi elles, la cellulose, la viscose ou encore le modal ou le lyocell. La ressource est ensuite transformée par procédé chimique. C’est à partir de ce moment que la fibre n’est plus naturelle, et donc qui dit chimique, dit polluant…

Le procédé que l’Homme effectue consiste à transformer la fibre pour que celle-ci conduise à la polymérisation de la matière. Mais comment ? Pour la viscose par exemple, un des procédés de transformation les plus polluants, on retire les celluloses végétales de la fibre, grâce au sulfate de soude, de zinc et à l’acide sulfurique. On utilisera même par la suite, du disulfure de carbone pour transformer le mélange en pâte.

 Tous ces produits chimiques aux noms étranges ne vous mettent pas la puce à l’oreille ? Ce sont des produits très toxiques qui polluent nos terres, en étant rejetés dans l’eau mais aussi notre air, étant des substances volatiles.

Bien entendu, ce n’est pas tout. En plus d’être chimique, ce type de fabrication est très consommateur en eau, ce qui participe alors à la sécheresse de nos terres, à l’utilisation de nos ressources naturelles mais aussi à la déforestation…

Des alternatives plus naturelles ?

Il existe bien évidemment des alternatives aux tissus synthétiques ou tout autre type de matières polluantes. On retrouve ici les fibres naturelles issues du végétal ou de l’animal. Ce sont des fibres cultivées pour être utilisées directement, sans transformation chimique et simplement une transformation physique comme le tissage. Pas besoin de grosse machine ni de substance chimique, c’est magique !

Les fibres animales

Parmi elles, on retrouve la laine ou la soie.

Comme expliqué dans notre précèdent article, la laine est issue de la tonte de la toison d’un animal. Elle peut être mérinos, mohair, angora, alpaga ou encore cachemire. D’ailleurs, la laine se recycle 😉

On retrouve également la soie, qui est provient d’une petite chenille qui fabrique un filament très solide et soyeux.

Les fibres végétales

Il existe aujourd’hui de nombreuses fibres issues de la nature. On peut compter dans cette catégorie l’incontournable coton, le lin (spécialement chti), la jute ou même le chanvre, fraichement arrivé sur le marché du textile.

Le lin ou encore le chanvre sont des matières de plus en plus utilisées dans le prêt à porter. Tous deux issus de plante, ils sont connus pour être thermorégulateur : ils ne laissent pas passer le froid l’hiver, ou étant un tissu très respirant l’été.

Concernant le coton, nous savons tous qu’il est bien mieux pour nous et notre planète, de privilégier le coton bio, bien moins gourmand en eau et surtout sans utilisation de pesticides aux compositions douteuses. Le mieux est de choisir un coton bio certifié GOTS.

Et bien voilà, maintenant vous connaissez l’envers du décor concernant les tissus synthétiques, certaines matières ne sont pas respectueuses de l’environnement. Prenez le temps de choisir des vêtements aux matières et tissus écologiques afin de penser à notre chère planète mais aussi à vous et votre santé. On privilégie aussi la fabrication de proximité, afin de réduire son empreinte carbone. Chaque geste compte et même dans la mode 🙂


PORTEZ DU SENS DANS LE BON SENS

Retrouvez ces pièces sur notre e-boutique directe fabricant. Inscrivez-vous à la newsletter et profitez d’une réduction de 10€. La livraison est toujours offerte dès 50€ et le retrait gratuit depuis nos ateliers de Saint-André-lez-Lille.


Écrit par

Ecrire un commentaire