Les tendances modes ne s’arrête pas à ce que l’on voit, pour les sous-vêtements aussi des questions se posent. Le mouvement du « no bra » s’élargit de plus en plus, un anglicisme décrivant le fait de ne pas (no) porter de soutien-gorge (bra). Depuis 2020, le nombre de femme ne portant pas de soutien-gorge est passé de 3 à 7% (selon un sondage IFOP). Une modification des comportements depuis l’apparition du soutien-gorge en France en 1889.

Le mouvement no bra

Le No Bra c’estquand les femmes font le choix de ne pas porter de soutien-gorge. Ce mouvement commence à se développer à partir des années 60 aux Etat-Unis. Plusieurs revendications en sont à l’origine, que ça soit pour le confort ou pour des revendications féministes. Le mouvement No Bra revendique la libéralisation du corps de la femme. Il s’adopte aussi pour se réapproprier son corps, l’accepter et pour plus de confort. Enfin il s’agit pour certaines femmes d’un acte militant visant à dénoncer l’hypersexualisation de la poitrine. No bra = No control. Année après année le mouvement s’amplifie. En 2018 apparait sur les réseaux le hashtag #nobrachallenge, nouveau coup de projecteur sur le mouvement qui séduit de nouvelle adepte. Lors du confinement, la recherche de confort à une fois de plus amplifier le mouvement. Depuis donc 2020 de nombreuses femmes ont renoncé à porter un soutien-gorge et se sentent mieux ainsi. Les effets ? Le sentiment d’oppression disparait et la poitrine se raffermit naturellement. Les effets positifs du no bra séduisent donc de nombreuses femmes.

Pourquoi continuer à porter un soutien-gorge ?

Cependant, encore beaucoup de femmes continuent de porter un soutien-gorge. Son histoire commençant en 1889, l’habitude d’un porter est donc bien ancrée dans nos habitudes. Plus qu’une habitude, le soutien-gorge permet aussi pour certaine femme de se sentir plus à l’aise en assurant un maintien dans leurs activités quotidiennes. Les femmes à forte poitrine se sentent aussi souvent plus confortables avec ce maintien qui peut leur éviter des maux dans le dos. Pour pallier aux défauts du traditionnel soutien-gorge, des alternatives sont disponibles. Porter une brassière peut apporter aux femmes du maintien tout en palliant à l’inconfort du soutien-gorge avec ses armatures. Un sous-vêtement en coton apporte aussi du confort et protège votre intimité. Son caractère hypoallergénique, évite les allergies, les démangeaisons et les irritations. Absorbant, il vous épargnera de la transpiration et des odeurs désagréables quel que soit son utilisation. Concrètement la brassière se présente aux femmes comme l’alternative idéale, à mi-chemin entre le no bra  et  le  soutien-gorge.

Le mouvement No Bra séduit de plus en plus, mais pour les femmes qui ne sont pas prêtes ou qui n’ont pas envie de le suivre, des alternatives confortables existes. Prendre soin de sa poitrine, quel qu’en soit le moyen, ça a du sens.

Écrit par

Ecrire un commentaire