Beaucoup de Français souhaitent se tourner vers des modes de consommation plus responsable, délaissant peu à peu les supermarchés et les modes de consommation mettant en danger notre écosystème. Les Français sont en quête de sens, ils souhaitent changer leurs habitudes pour adopter un mode de vie plus sain en corrélation avec l’écologie, un facteur important aux yeux de plus en plus de consommateurs.  L’avenir de la planète est une inquiétude qui est forte chez les Français, une prise de conscience autour de cette problématique justifie ce besoin de faire bouger les choses, et cela se traduit par un changement des habitudes de consommation .

Consommer moins mais mieux, une tendance en plein essor.

4% des Français se disent prêts à payer plus cher pour consommer local après la crise

Découvrez au travers de cet article l’essor de nouvelles tendances de consommation traduit par le souhait de consommer en toute transparence.

La crise sanitaire, un déclic

L’année 2020 restera marquante pour tous, l’épidémie de la COVID-19 a poussé les Français dans leur retranchement et a beaucoup affecté les foyers agissant directement sur leurs comportements de consommation.  Le confinement a été dur à vivre, il a permis aux Français de revoir leurs priorités en matière d’achat. Ils sont par exemple nombreux à avoir apporté leur soutien aux commerces locaux. 

Pour 62% des consommateurs, le soutien des commerçants ayant souffert ou œuvré positivement pendant le confinement sera une priorité, selon une étude PwC France avec Kantar

En effet, pendant le confinement une partie des Français se sont tourné vers les produits locaux pour soutenir les commerces de proximité et l’agriculture, très aidé par de nombreuses plateformes qui ont facilité la mise en relation entre consommateurs et producteurs locaux.

Les consommateurs ont été séduit par les commerces qui ont fait preuve de courage pour affronter cette situation, ils ont donc joué le jeu et compris l’importance de consommer locale pour faire vivre toutes personnes qui se battent pour faire vivre leur commerce de proximité.

Les préoccupations environnementales : le souhait de réduire l’empreinte Carbone

Un autre aspect très important qui pousse le consommateur à consommer mieux c’est l’aspect environnemental car nombreux sont inquiets au sujet de la planète que nous laisserons aux futures générations. L’écologie est un sujet très discuté depuis que de nombreux dangers menacent la planète, elle a été très fragilisée et continue de l’être avec toutes les actions humaines néfastes faisant appel aux ressources naturelles et aux ressources non renouvelables. C’est face à ces consternations que beaucoup de Français souhaitent mettre au cœur de leur vie le développement durable en passant pas à pas le cap d’un nouveau mode de vie. 

Pour pallier ce nouveau mode vie les ménages font des efforts pour réduire leur empreinte carbone, d’après l’Adem c’est l’alimentation des Français qui représente un quart des émissions carbones. Les français sont donc attentifs aux procédés d’agriculture et sont prêts à se tourner vers des régimes particuliers comme le végétarisme. 

Pour mieux comprendre voici quelques conseils pour réduire son empreinte Carbone :

  • Réduire la consommation d’électricité ;
  • Préférer le vélo à la voiture ;
  • Organiser des covoiturages si vous n’êtes pas prêt à laisser la voiture ;
  • Réduire ses déchets ;
  • Revoir sa consommation alimentaire en favorisant les fruits & légumes de saison et locaux : circuit court,
  • Faire des achats vestimentaire responsables ;
  • Recycler ses déchets, anciens objets ou vêtement en leur donnant une seconde vie .

Transparence : le nouveau mot d’ordre

Pour consommer mieux il est primordial d’être informé, alors pour s’informer au mieux et connaître les dessous des produits proposés par les marques les consommateurs attendent des marques de la transparence. Le critère responsable est devenu très important dans le choix de la marque, les consommateurs souhaitent de la sincérité et établir un climat de confiance avec les marques. Ils souhaitent connaître la composition de leurs produits au même titre que la composition du packaging. La communication quant à elle est très importante, à l’heure ou le greenwashing est pointé du doigt le consommateur est d’autant plus vigilant au discours des marques et n’hésite pas à pointer du doigt les mensonges en créant un vrai buzz.

Les marques existantes ont dû revoir leurs stratégies et doubler d’effort pour s’adapter aux attentes du marché alors que certaines voient le jour en suivant ce modèle avec la création de marque 100% responsable, beaucoup de marques surfent sur cette tendance qui ne cesse de se confirmer et d’attirer des consommateurs souhaitant changer leur consommation.

La course aux Labels

Le consommateur accorde de l’importance à ce signe de distinction qui confère au produit des aspects spécifiques. Les labels sont connus principalement dans le domaine de l’alimentation en certifiant des aliments issus de l’agriculture biologique ou des textiles respectueux de l’environnement. C’est le cas du label OEKO-TEX® par exemple, qui permet au consommateur de trouver des textiles sans risque pour la santé. Aujourd’hui plus que jamais le souhait de consommer mieux est palpable, alors pour lui les labels sont un repère qui traduisent la qualité et la transparence. 

Ils sont très utiles, ce sont des repères fiables qui rassurent quant à la provenance du produit. Grâce aux labels le client peut gérer sa consommation en choisissant par exemple dans l’alimentaire de manger des produits d’origine française de qualité et issue d’un circuit court.

Ce n’est pas nouveau les labels rassurent et aiguillent le client, mais attention aux faux labels. 

Le fait maison : DIY la nouvelle tendance

Le fait maison : DIY la nouvelle tendance

« 59 % des Français récupèrent réutilisent, réparent les produits/matériaux »

*Source : baromètre de la consommation responsable enquête Green Flex/ Ademe Edition 2019

Encore une tendance accentuée avec le confinement, en effet cette période a poussé de nombreux foyers à se lancer dans cette démarche en ayant le souhait d’utiliser leurs propres mains pour confectionner avec fierté des masques grâce à la couture qui est devenue très prisée par exemple. Faire soit même ses vêtements grâce à la couture, faire soit même des objets pour les enfants, faire soit même une décoration pour la maison… tant de possibilités qui ont rassemblé les ménages autour d’une activité manuelle parfois oubliée au détriment d’autres activités virtuelles. Faire soit même à partir de vieux trésors retrouvés c’est tout l’intérêt du recyclage et de la volonté de vouloir raisonner sa consommation. 

Faire soi-même est devenu une réelle tendance, cela permet de s’impliquer et de contrôler le « processus de fabrication » de A à Z en passant par le choix des matières premières, faire soi même c’est répondre au besoin naissant de savoir ce qu’on consomme et de gérer en intégralité les ingrédients que l’on insère dans la préparation d’un plat ou d’un produit cosmétique par exemple.

Au-delà d’avoir l’œil sur la préparation, faire soi-même c’est s’impliquer dans une nouvelle activité et partager des moments en famille ou en autre amis en initiant d’autres personnes au concept.

La seconde main

La seconde main c’est acquérir un vêtement/objet qui a connu une première vie auprès d’un premier utilisateur. Faire des économies et préserver la planète, c’est la promesse de la seconde main. Son état est d’occasions, cependant on peut trouver du neuf en occasion. La seconde main n’est pas choisie par hasard par les Français, ce nouveau mode de consommation répond aux préoccupations environnementales fortes pour lesquelles se soucient de nombreuses personnes. Acheter en seconde main c’est bien ! C’est donner une deuxième vie à un vêtement ou à un objet en évitant qu’il devienne un déchet et pollue la planète. C’est aussi préserver nos ressources premières en évitant de les solliciter pour créer un objet neuf.  De plus en plus de consommateurs s’intéressent à cette nouvelle façon d’acheter, la création de ce magasin en dit long sur la demande ! 

Repenser la manière de consommer est devenu une priorité chez beaucoup de consommateurs et consommer en seconde main est devenue une réponse.

Les commerces de proximités

Le commerce de proximité n’ont pas dit leur dernier mot et ont fait preuve de beaucoup d’adaptabilité pendant la crise sanitaire, ils ont fait parler d’eux et ont su séduire à nouveau la population. Parfois oubliés, la crise les a mis en lumière mais pas que, au-delà de la crise c’est le souhait de consommer mieux toujours qui prend le dessus et guide les choix de tous ces consommateurs qui souhaitent consommer en circuit court.

Pour aider les petits commerçants beaucoup d’ institutions mettent un point d’honneur à la dynamisation des centres villes dans le but de faire aimer la ville et d’acquérir des nouveaux habitants qui consommeront à proximité.

Les consommateurs se tournent donc de plus en plus vers les commerces de proximité, ils veulent consommer local que ce soit dans l’alimentation ou dans d’autres domaines ! Les habitants des villes souhaitent soutenir leurs commerçants et en réponse à cela les commerçants se réinvente en prenant le chemin de la transition digitale pour satisfaire au mieux leurs clients et montrer qu’ils ont leur place à l’instar des géants du WEB.

Création de site internet, click and collecte, drive piétons, tous ont su prendre un virage nouveau pour séduire les consommateurs.

Manger mieux

C’est en cuisine ou on peut observer des changements de consommations avec cette envie toujours présente, de consommer mieux ! Et cela passe par l’envie de manger plus sainement et plus responsable. 

Nous parlions plus haut du soutien apporté aux commerçants mais ce soutien est apporté également bien en amont, les français ont envie de soutenir les agriculteurs en faisant leurs courses directement auprès d’eux et en se fournissant sur les marchés.

Naissent également de nombreux régimes basés sur l’envie de consommer MIEUX, MOINS et de façon minimaliste.

Vous connaissez le « locavore » ? 

Les locavores sont des personnes qui s’alimentent de produits dont la provenance est de 160 km maximum de chez eux ! Ces personnes respectent une alimentation stricte et s’efforcent de consommer mieux chaque jour, allant jusqu’à cueillir eux-mêmes leurs denrées alimentaires.

Ce mouvement vient des États-Unis en 2005 et s’inscrit dans la volonté de consommer en circuit court.

Suivez notre actualité et découvrez nos différentes thématiques au sujet des conseils durables 😊


Écrit par

Ecrire un commentaire