Un constat sans appel, une industrie qui est devenue une vraie catastrophe environnementale dans le monde entier, l’industrie textile pollue, mais pourquoi pollue t’elle autant ? Comment avons-nous pu en arriver à ce stade si critique pour l’environnement ? 

L’industrie de la mode produit 20% des eaux usées mondiale et 10% des émissions de carbone, c’est-à-dire l’ensemble des émissions qui proviennent des vols internationaux et de la navigation maritime. Incroyable mais vrai l’effet si néfaste que cette industrie produit non ? Plongeons-nous dans le sujet, apprenons en plus sur cette industrie qui prend le pouvoir sur notre planète. 

Pollution, surproduction, surconsommation

Chaque année les Français consomment toujours plus, les volumes de production augmentent, on trouve des tonnes de vêtements qui se retrouvent à remplir toujours plus de magasins pour des grands noms de la mode qui s’installent un peu partout afin de vendre leurs textiles pleins de produits chimiques. On retrouve tellement de marques différente sur le marché de la mode aujourd’hui on s’y perd presque, non ?

Tant de raisons qui font de l’industrie textile une filière qui pollue notre monde, c’est la deuxième industrie la plus polluante après le pétrole. 

La surconsommation est un fait, on peut même parler de gaspillage, si on se plonge dans notre armoire et qu’on fait un constat on se rend vite compte qu’on a de trop n’est-ce pas ?  On achète un vêtement par envie plutôt que par besoin. Mais, ce qu’on a tendance à oublier c’est les dégâts que cela génère. Toujours plus de d’habits mais de moins en moins chères, voilà le succès du prêt-à-porter de masse qu’on appel la fast fashion. Cette mode a changé notre façon d’acheter et rend l’industrie de la mode l’une des plus polluantes. Pensons à notre terre.

« Plus de 12 kg de vêtements par an pour un Européen *»

(*Source : agence européenne pour l’environnement)

Voyage, voyage …

Il n’y a pas que la consommation élevée des vêtements qui polluent, c’est aussi le transport de ces derniers qui pèse lourd dans le bilan Carbone ! Les gaz à effet de serre produit par le monde du textile accentue le réchauffement climatique et par ailleurs notre santé. Les vêtements que vous trouvez à 5,10,15 euros visitent plus de continent que vous en avez déjà visité … À titre d’exemple, le coton est produit en Inde, le vêtement au Bangladesh pour être ensuite vendu en Europe ou même aux États-Unis. Pour information, le coton est très utilisé dans la production du textile sa culture représente 70 % de la production textile. Son impact sur l’environnement n’est pas des moindres car cultiver le coton demande beaucoup d’engrais avec des pesticides mais aussi beaucoup d’eau. On privilégie le coton biologique, meilleur pour l’environnement et pour l’homme :

« L’industrie de la mode est responsable de 10% des émissions de carbone de l’humanité*. »

(*source unep)

En somme cela représente plus d’émissions que tous les vols à l’international et le transport maritime à eux deux réunis. Au total, jusqu’à 85% des textiles se retrouvent à la décharge chaque année. Cela revient à remplir le port de Sydney tous les ans. Il est temps de réduire l’impact non ? Favorisons une mode meilleure, meilleure pour la santé, sans produits chimiques : l’effet sera tout autre.

(*source united nations environment programme)

Des litres d’eau pour produire des vêtements

Des milliers de litres d’eau pour des quantités de vêtements trop souvent jetés et gaspillés ! L’eau on l’utilise chaque jour, on s’hydrate, on se lave, on cuisine avec. Mais saviez-vous que vous consommez de l’eau aussi quand vous achetez des vêtements ? Pour fabriquer UN seul tee-shirt, 2 500 litres d’eau est utilisé en moyenne; C’est ce qu’on appelle l’empreinte d’eau. Pour un jean on passe sur 10 000 litres, le calcul devient lourd quand on sait que les jeans se vendent par millions dans le monde…

Au-delà d’utiliser l’eau pour fabriquer les vêtements, on l’utilise au quotidien pour l’entretien de nos habits, il est temps de lâcher prise avec les lessives à répétition car si vous ne le saviez pas encore, des millions de microparticules plastiques sont relâchées chaque année dans l’océan, alors lavons moins et lavons mieux pour un monde meilleur et plus sain.

Le cycle de vie d’un vêtement 

Si on veut répondre à la question : Pourquoi l’industrie textile est polluante ? On vous répond simplement que chaque étape est polluante, on extrait des ressources non renouvelables, on ne recycle pas assez, on lave encore et toujours. 

On vous présente le cycle de vie d’un vêtement pour comprendre à chaque étape l’impact environnemental engendré.

  • Les matières premières :
  • Pour les fibres naturelles : on récolte et on emballe ;
  • Pour les fibres synthétiques : on extrait du pétrole et on le transforme pour au bout du compte arriver à un fil.
  • La fabrication : Il faut confectionner le tissu, fabriquer le vêtement à partir du textile. Parmi toutes étapes on prend en compte le transport entre chacune d’entre elles et leurs déchets générés (toute de suite moins fun pour l’environnement) ;
  • La distribution : C’est tout qui réunit les packagings des produits c’est-à-dire son emballage/conditionnement, mais aussi on prend à cette étape-là en considération une fois de plus le transport jusqu’au lieu de vente :la consommation en énergie de points de vente est donc également compté ;
  • L’usage : On parle ici du lavage, séchage repassage ;
  • Fin de vie : Le recyclage (ou pas) et le transport pour arriver du point A au Point B. Trop souvent le textile finit sa vie en décharge un camion à ordures peut être remplies de vêtements à brûler alors que ces textiles pourraient être recyclés, aujourd’hui on recycle même le plastique pour fabriquer des habits 🙂

WWF : rapport sur l’industrie de l’habillement et des textiles 

Nul doute que vous connaissez la WWF fédération, elle agit au quotidien pour offrir aux générations futures une planète vivante.

« Nous œuvrons pour mettre un frein à la dégradation de l’environnement et construire un avenir où les humains vivent en harmonie avec la nature. »

Ce qui ressort de ce rapport c’est que l’empreinte environnementale dans le textile reste encore trop importante, quelques entreprises prennent des mesures pour réduire leurs impacts sur les changements climatiques ou la pollution d’eau. 

Quelques points clés du rapport :

  • L’industrie a un fort impact sur l’environnement 

À long terme, continuer en mode « business as usual » n’est pas une option, ni pour la rentabilité du secteur, ni pour la planète.

  • Certaines entreprises collaborent avec leurs fournisseurs pour devenir plus efficace sur le plan énergétique et sur la pollution de l’eau  ;
  • Les entreprises se doivent de réduire leur impact sur l’environnement car à long terme, on prévoit une hausse de la demande pour les vêtements.

Les trois domaines ou agir en visionnaire identifié par le WWF :

  1. L’efficience écologique
  2. L’innovation et la transformation
  3. La consommation durable 

Écrit par

Ecrire un commentaire